Atelier de travail du bois et sécurité

Bruno Meyer nous invite a réfléchir à la question de la sécurité dans l’atelier et nous propose des solutions simples et pratiques pour travailler le bois en toute sécurité !

Accueillez la sécurité dans votre atelier comme une machine : installez-la.

Nous vivons dangereusement. Si vous n’y prenez garde, un accident peut survenir dans votre cuisine, votre salle de bains ou votre jardin, aussi bien que dans votre atelier. Pour vous protéger : des normes, des dispositifs tels que poussoirs et protecteurs (pas toujours bien perçus). Mais, surtout, votre bon sens et votre détermination à fermer la porte aux accidents.

tableau-de-rangementAccident machine

• C’est à eux qu’on pense en premier, et particulièrement au contact doigts-tranchant. En Europe, les machines du commerce sont vendues avec un certain nombre de protecteurs et de poussoirs obligatoires. Vous pouvez être amené à en fabriquer, adaptés à un cas particulier. Mais ils ne peuvent servir que si vous les avez sous la main quand vous avez besoin d’eux. Installez vos protecteurs et poussoirs de sécurité, avec les autres accessoires de machine, sur un tableau.

• À quoi bon disposer de tous ces protecteurs, si vous risquez à tout moment de tomber à plat ventre sur la table de votre machine ? On pense beaucoup aux mains et pas assez aux pieds, qui risquent de glisser sur de la sciure, de buter contre des chutes ou de se prendre dans un câble.

 

 

caisse-a-chutes• Un système d’aspiration vous débarrassera de la sciure. Une caisse à chutes près des machines accueillera les occasionnelles. Lors du débit, qui en produit beaucoup, vous gagnerez du temps en déplaçant la machine pour qu’elles tombent en fin de course sans encombrer le poste de travail. L’opération terminée, les chutes pourront être traitées ensemble, rapidement. Le kit de déplacement de la machine joue donc un triple rôle dans le confort de travail, la productivité et la sécurité.

• Le câble d’alimentation est un véritable casse-tête, surtout pour les combinées. Par terre, il est dans vos pattes. En l’air, il gêne le passage des grandes pièces. Les cache-câble autocollants ou les montages à colliers immobilisent la machine. La moins mauvaise solution est sans doute un câble assez long et des points d’accrochage sur le mur et au plafond, pour pouvoir adapter son trajet au travail en cours.

roulettes-de-positionnement-machine• Il arrive que la pièce soit rejetée par l’outil qui la travaille : dégauchisseuse, raboteuse, toupie ou scie circulaire (la ruban n’est pas sujette aux rejets). C’est rarissime, mais à prévoir. À vous d’orienter la machine (à nouveau grâce aux roulettes) pour que la trajectoire d’une pièce rejetée se finisse au plus vite, sans traverser des zones fréquentées de l’atelier.

 

 

 

a

Défonceuse

Elle n’a pratiquement aucun dispositif de protection. Comme elle est tenue par les poignées, le risque est limité pour les doigts.

tabouret-de-rangement• Attention, la fraise en marche peut vous toucher le ventre, la poitrine ou les doigts pendant la période d’arrêt, qui n’est pas instantané. C’est principalement vrai si la fraise reste en position basse le travail fini. Remonter la fraise avant l’arrêt est souhaitable, mais pas toujours possible, soit pour des raisons mécaniques, soit parce que cela affecterait la précision du travail. La meilleure réponse est de vous inciter à poser la défonceuse toujours au même endroit, et que cet endroit soit sûr pour les fraises. Le « tabouret » sur la photo est vite fait et trouvera sa place sur l’établi. Il peut accueillir une fraise descendue, protège ses tranchants et lui évite de toucher le plateau d’établi.

 

 

tableau-accessoires-de-defonceuse• Si vous travaillez sur une table de votre fabrication, vous serez amené à fabriquer un certain nombre de protecteurs et de poussoirs. Comme pour les accessoires machine, rangez-les de façon accessible.

 

 

 

 

a

Outils à main

valet-et-presse-de-serrage• Vous croyez que les accidents les plus graves arrivent avec les machines ? Faux : j’ai connu un menuisier qui s’est tué d’un coup de ciseau à bois. On ne le répétera jamais assez : un ciseau se tient à deux mains, sauf si vous utilisez un maillet. La pièce doit être fixée à l’établi et en aucun cas tenue à la main. Du coup, les dispositifs de fixation sur un établi ne sont plus seulement des moyens commodes, ils constituent aussi des sortes de protecteurs. Si votre établi est pauvre en dispositifs de serrage, pensez à une remise à niveau.

ratelier-pour-ciseaux
• Ranger un ciseau a pour effet de mettre son tranchant à l’abri des agressions, mais aussi de vous mettre à l’abri du tranchant ! Un système de rangement de vos ciseaux, trousse de cuir ou boîte à fabriquer, est un facteur de sûreté. Pour le ranger en cours de travail, prévoyez un râtelier.

 

 

Accidents électriques

Une bonne installation électrique  vous protégera contre les électrocutions et certains départs de feu. Mais attention aux câbles endommagés. L’adhésif électrique n’est en aucun cas une réponse valable. Pour une fiches-males-et-femellesmachine électroportative, une intervention simple consiste à couper le câble au niveau de la blessure et à monter une fiche 16 A. Le fil s’en trouvera raccourci, nécessitant l’assistance d’un prolongateur. Ce n’est pas une mauvaise formule : le rangement s’en trouve simplifié.

• Autre scénario : changer le cordon. Il vous faudra faire un peu de démontage au niveau de l’interrupteur : rien de très fatigant. En prévision, vous pouvez garder les cordons des appareils que vous jetez : fours à raclette, aspirateurs, etc. Leur extraction nécessite juste un coup de pince coupante.

Au feu !

extincteur-pour-atelier• Un atelier contient toujours une certaine quantité de matériel inflammable, voire très inflammable pour les produits de finition. Vous n’allez pas chauffer de l’essence de térébenthine sur un réchaud de camping, n’est-ce pas ? Néanmoins certaines opérations nécessitent une chaleur abondante : ombrer un placage au sable chaud, remonter un emboutissage au fer à repasser, sans compter le dégrippage d’une pièce rouillée…
L’emploi d’un appareil à gaz, chalumeau ou plaque de cuisson, est parfois inévitable. Prudence ! Ce n’est pas une mauvaise idée d’avoir un petit extincteur. Il devra faire l’objet d’une vérification périodique.
• Le chauffage est un casse-tête pour tous les boiseux. Les ateliers sont rarement chauffables sinon ponctuellement. Un poêle à bois, permettant de se débarrasser des chutes et copeaux, est tentant. Mais, après un incendie, sa simple présence, même en plein été, pourrait donner de vilaines idées à votre assureur. Le moins que vous puissiez faire est de le poser sur une tôle et d’en éloigner tout ce qui peut brûler – dans un petit atelier, ce n’est pas toujours facile. Notamment, le stockage du combustible devrait se faire ailleurs.

Bruno Meyer

A propos HMDiffusion
Le spécialiste de l'outillage bois haut de gamme, distribué : - sur www.hmdiffusion.com, - dans nos 11 boutiques en France, - via notre catalogue gratuit. Nos produits : outillage électroportatif, outils à main, machines à bois, produits de finition, etc.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *