Le ponçage du bois en restauration d’ancien

Cet article fait parti d’un dossier en quatre volets sur la finition des ouvrages en bois. Il vous est proposé par Françoise Decrand, restauratrice des mobiliers 17°, 18° et 19° siècles – diplômée de l’école du Louvre, de l’atelier d’ébénisterie et de restauration de meuble Olivier Faccioli à Crémieu (38).

Article III : Le ponçage du bois en restauration

Polir à l’aide d’une substance abrasive : telle est la définition du ponçage. Il s’agit en effet de parfaire l’état de surface de votre bois avant l’ultime finition que sera la teinte, le vernis ou la cire. Historiquement, cela se faisait à l’aide de pierres ponces, d’où notre vocable actuel. Maintenant des papiers abrasifs autrement nommés « papiers de verre » remplissent beaucoup mieux cette  tâche.

Papiers abrasifs pour ponçage du bois

 

Les grains du papier sont donnés en fonction de la quantité d’abrasif (silex, corindon, carbure de silicium.) au cm², ainsi un grain de 40 aura 40 morceaux par cm², un grain de 240 en aura 240… Un papier au numéro élevé aura donc des grains très fins et sera utilisé pour une finition poussée. En résumé, un grain 40 est très abrasif et « attaque » le bois en profondeur, un grain de 400 sera lui utilisé pour le polissage.

 

 

 

Les différents modes de ponçage

– Ponçage manuel

Ce  ponçage consiste à poncer le bois manuellement, de préférence à l’aide d’une cale pour conserver la planéité du support. Il existe des cales à poncer munies de velcro ou de serrage par clips qui permettent à l’utilisateur de ne pas avoir à maintenir le papier abrasif en place. Il est aussi possible de fabriquer ses propres cale de ponçage, avec un morceau de bois dur ou semi dur sur lequel on colle une semelle en liège afin de garder de la souplesse durant l’utilisation.
Pliage du papier abrasif en ponçage manuel

 

Si l’on a à poncer des parties courbes ou des moulures, l’emploi de la cale est impossible. Il convient alors de poncer directement à la main, les doigts guidant le papier et assurant sa mise en contact sur les différentes dénivellations du bois. Une astuce pour vous faciliter la tâche : plié au préalable votre abrasif en trois et replié les parties les unes sur les autres. Cette technique permet au papier de ne pas se déchirer et apporte un bon maintien à l’utilisateur afin que le papier ne « glisse pas entre les doigts ».

– Ponçage mécanique

A l’aide de ponceuses électroportatives ou de machines lourdes comme la ponceuse à bande ou la calibreuse industrielle. Nous nous limiterons ici aux trois ponceuses électroportatives que sont :

  • La ponceuse vibrante : le mouvement de vibration se fait d’avant en arrière, le papier est pincé ou auto-agrippant suivant les patins.

Dispositif de fixation du papier sur ponceuse électroportativeLe plateau est oscillant et crée des mouvements longitudinaux. Les formes du plateau sont variables suivant les machines, certains sont triangulaires afin de permettre un ponçage dans les coins. Outil léger et maniable, la ponceuse vibrante est utilisée pour des travaux de finition, rarement de dégrossissage. En utilisation, le poids de la machine suffit à rendre son action efficace, l’utilisateur se contente de la maintenir et de la guider sans exercer de pression sur la ponceuse.

  • La ponceuse orbitale : le plateau fait un mouvement circulaire, l’abrasif est maintenu par velcro la plupart du temps.

Le plateau de la ponceuse est circulaire avec différents diamètres possibles. Cet outil est d’avantage utilisé pour des dégrossissages et des ponçages de pièces de gros œuvre. En effet, le plateau circulaire ne permet pas d’aller dans les coins et la rotation peut laisser des traces visibles du passage de la machine ; ces rayures étant assez incompatibles avec une finition de qualité.

  • La ponceuse excentrique qui réunit le double mouvement de rotation et d’oscillation et qui utilise également le principe du velcro pour la mise en place du papier.

Cette ponceuse associe les principes de fonctionnement de la ponceuse orbitale et de la ponceuse vibrante. Ainsi, si ce n’est le plateau circulaire qui empêche de poncer dans les angles, elle est utilisable du dégrossissage à la finition poussée.

Conseils pour un bon ponçage du bois

Lors du ponçage manuel comme mécanique, le mouvement de ponçage se fait d’avant en arrière, dans le sens des fils du bois. Seul l’égrenage ou le polissage (avec un papier au-delà du grain 180) peut se faire dans un sens contraire aux fils ou en mouvements circulaires.

Que le ponçage soit mécanique ou manuel, il doit se faire à l’aide d’abrasifs de plus en plus fins.
– Pour des menuiseries, on pourra utiliser des grains de 60, 80, 100 ou120 en dernière passe.
– Pour de l’ébénisterie, il est bien de débuter à 120 puis 150 et 180 ou plus.
– Pour des supports plaqués, des grains de 120 ou 150 pour débuter puis 180 et 240 au moins.

Perce sur un plateau en placage de bois

 

Attention toutefois de toujours bien poncer parallèlement au bois pour ne pas le déformer (cela arrive très vite avec les machines). Veillez aussi de ne pas percer les placages par un ponçage trop insistant, ce qui aurait pour effet de rendre le support visible au milieu de l’ouvrage : c’est ce que l’on appel « attraper la perce » dans le jargon du métier…

 

 

Pour éviter les écueils dus à un ponçage trop « insistant », vous pouvez avant chaque changement de grains de papier humidifier votre bois à l’aide d’une éponge bien essorée. Cela a pour effet de relever les fibres du bois que le ponçage suivant sectionnera. Il est aussi très utile de faire cela parce que si l’on passe une teinte à l’eau juste avant de vernir, les fibres vont se relever à ce moment-là et l’égrenage pour rendre la surface à nouveau douce aura pour effet de créer des disparités de teinte.

Un moyen simple pour savoir si votre travail à été fait correctement ; touchez votre bois et appréciez ou non la douceur du contact…

A noter : l’utilisation d’un grain trop fin peut empêcher l’adhésion du bouche-pores ou du vernis passés au pistolet. Les ponçages très poussés (grain 360, 400…) sont fait uniquement pour les finitions traditionnelles comme la cire à chaud ou le vernis tampon. Pour ces finitions, un ponçage aux grains très fins aide à remplir les pores ou à donner de la brillance.

Dernier conseil : le ponçage produit des particules fines nocives pour les voies respiratoires. Pensez  à utiliser l’aspiration dès que cela est possible pour capter les poussières à la source. Sinon, le port de matériel de protection comme le masque à poussière est indispensable.

Dans le prochain article à paraître, nous aborderons la dernière étape du travail permettant d’obtenir une finition cirée du plus bel aspect !

A bientôt,

A propos HMDiffusion
Le spécialiste de l'outillage bois haut de gamme, distribué : - sur www.hmdiffusion.com, - dans nos 11 boutiques en France, - via notre catalogue gratuit. Nos produits : outillage électroportatif, outils à main, machines à bois, produits de finition, etc.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés